Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : LE BLOG DE LA MESSAGERE
  • : Blog destiné aux jeunes chrétiens aimant la louange prophétique.
  • Contact

Profil

  • LA MESSAGERE
  • 17 ans. Baptisée du Saint Esprit à 13 ans
Chantre dans la Maison de l'Eternel
  • 17 ans. Baptisée du Saint Esprit à 13 ans Chantre dans la Maison de l'Eternel

Praise The Lord

Recherche

pic-000017 ThePropheticMantle AnaMe
Le Seigneur dit une parole et les
Messagères de Bonne Nouvelle
sont une grande armée. 
Ps 68-12

Archives

BIENVENUE

16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 14:45

Note de la Messagère:

Je voudrais vous présenter le témoignage d'un très bon ami à moi que j'estime particulièrement.Je sais que ce témoignage touchera beaucoup d'entre vous.Que Dieu puisse vous donner une attention particulière pour cette lecture et vous touche si besoin est.

N'hésiter pas à donner vos impressions,que Dieu vous bénisse.

                                                                                                                                                                                  La Messagère


 

Je suis né dans une famille protestante. Mon grand-père paternel était le co-fondateur d’un centre missionnaire et y exerçait le ministère de prophète, aux côtés du pasteur principal. Mon père a grandi dans cette œuvre, a rencontré ma mère venue du nord de la France à l’occasion d’une retraite spirituelle, avant de l’épouser et qu’ils s’installent ensemble tout près de ce centre missionnaire.

 PrayingHands

Ma mère perdit plusieurs enfants avant ou à la naissance, et aucune grossess e n’aboutissait. Elle fit alors un jour la prière d’Anne, mère du prophète Samuel : « Seigneur, si Tu m ’accordes des enfants, je Te les rendrai ! ».

Mes parents eurent ainsi trois enfants, une fille et deux garçons dont je suis l’aîné.

 

A ma naissance, je fus atteint d’une grave infection qui devait me tuer. Mais je survécus.

A l’époque où j’étais enfant, l’assemblée dans laquelle nous vivions avait déjà gravement dérivé, tenue sous un joug de fer et d’une main d’acier par le pasteur qui avait pris tous les pouvoirs. Lorsque j’entrai dans l’adolescence, c’était devenu une secte redoutable. Tout contact avec le monde était interdit, tout le monde espionnait tout le monde sans cesse, il y avait une atmosphère continuelle de plomb, de condamnation, de culpabilisation, un esprit de jugement très fort…

 

J’ai donc grandi dans un milieu extrêmement fermé, extrêmement dur, à la discipline très rigoureuse, dans un style très monacal, sans jamais pouvoir faire confiance à personne ni avoir aucun ami.

 Dans ce milieu, j’étais donc spirituellement et moralement maltraité, et à l’extérieur à l’école, j’étais passé à tabac parce que j’étais un « sale protestant ». Je ne pouvais donc avoir de contact positif, ni à l’intérieur, ni à l’extérieur.

 

Sous bien des aspects, mon cas diffère donc de celui de milliers de jeunes ayant grandi au sein d’une église dans une famille croyante. Beaucoup ont connu une certaine liberté au sein des assemblées, ont grandi avec les autres jeunes, filles et garçons mélangés, en contact avec le monde. Cela n’a pas été mon cas. Filles et garçons n’avaient d’ailleurs pas le droit au moindre contact entre eux.

 

J’ai vécu une enfance et une adolescence assez particulières qui m’ont fait mûrir plus vite que la normale et être en complet décalage avec ceux de ma génération. Néanmoins, sous d’autres aspects, je n’étais pas différent de tous les autres jeunes ! Notamment en ce qui concerne les nombreuses tentations du monde, que j’ai toutes connues à l’école et lors de mes études.

 

Une amie chère m’a dit récemment :« les jeunes qui sont né dans une famille chrétienne ont deux destinées: soit ils acceptent Dieu quand ils grandissent soit ils Le rejettent car étant petits ils estiment qu'ils ont été privés de trop de choses. »  Il faut reconnaître que c’est la vérité. Beaucoup de facteurs entrent dans le choix qu’on peut faire mais je trouve que c’est bien résumé de cette manière.


rose blanche2En ce qui me concerne, j’ai toujours profondément cru en Dieu et eu une grande crainte de Lui. Dès mon plus jeune âge, on m’avait inculqué les valeurs de la virginité avant le mariage, la politesse, ne pas fumer, ne pas dire de jurons, etc… Bien des valeurs auxquelles je tenais vraiment, basées sur la Parole de Dieu.

 

Lorsque j’ai commencé le collège, je profitais d’être ailleurs que dans mon monde fermé pour me « lâcher ». Assez dissipé, rêveur, toujours occupé à rigoler. Mais bien sûr, ce qui m’intéressait le plus c’était… les filles.

 

J’ai passé tout mon collège à draguer, à essayer de les séduire. A cette époque je n’avais franchement aucun succès, même si elles m’appréciaient beaucoup. J’étais le « bon ami ».

Je me suis converti à 14 ans, durant mon année de 3e. Non pas grâce au message que je recevais dans mon assemblée, mais parce que malgré toute ma faiblesse charnelle j’étais terriblement assoiffé de Dieu.

 

Ensuite le lycée a commencé. Au même moment, ma mère fut atteinte d’un cancer et fut hospitalisée longuement, en suivant un traitement de chimiothérapie. La vie familiale étant largement affectée, cela produisit un profond changement en moi. Je me suis mis sérieusement au travail et suis rapidement passé du stade de « gentil cancre » à celui de premier de la classe.

 

Pendant cette période, j’ai continué à faire quelques expériences spirituelles, j’ai été baptisé dans le Saint-Esprit, j’ai vécu une guérison miraculeuse et eu une ou deux visitations puissantes, cela malgré l’enfermement humain et spirituel dans lequel je me trouvais. 

 

guerison.jpg

A 15 ans par exemple, souffrant depuis de longues années d’un mal ha ndicapant et n’ayant pu en être guéri ni par les traitements médicaux, ni par les prières demandées, je décidai de crier à Dieu un soir et de faire un pas de foi. Je fis donc cette déclaration : « Tu dis dans Ta parole : Demandez et vous recevrez ! Je le crois ! Guéris-moi ! Je crois que j’ai reçu Tu l’as dit ! ». Je fus instantanément guéri… 

  Par ailleurs, je menais une double vie. Mes aspirations spirituelles et mes élans vers Dieu étaient très sincères et réels, mais je vivais pendant la semaine comme n’importe qui d’autre. L’éducation spirituelle et familiale que j’ai reçue a quand même été un grand garde-fou qui m’a protégé.

 

Le lycée est bien plus dangereux que le collège en ce qui concerne les tentations. Maintenant les choses changent au sein des établissements, mais quand j’y étais, on pouvait y fumer librement, et il était facile de trouver de la drogue et de la consommer dans un coin sans être dérangé. C’est aussi l’âge où on se situe entre l’adolescence et le monde adulte, et les relations sentimentales deviennent plus attirantes encore, avec tous les dangers qu’il y a derrière… rapports sexuels hors mariage entre autres.

 

On m’a très souvent incité à fumer. Durant mes trois années de lycée j’ai résisté et refusé. Mais la tentation était vraiment là à certains moments. Histoire de faire comme les autres, d’être « cool », de se donner un genre. Histoire aussi de ne pas être coincé et d’être mieux accepté par les autres.

Plusieurs fois également certains ont voulu me faire consommer de la drogue, et là encore il y avait combat, bien que celle-ci ne m’ait jamais vraiment attiré.

Côté filles, ça commençait à évoluer. Je plaisais davantage. Mais le Seigneur m’a gardé d’entrer dans une quelconque relation et je bénis son Nom. C’est à mes 17 ans qu’il y eut une sorte de basculement à ce niveau, car alors que je n’avais pas été intéressant à leurs yeux jusque-là, sur le plan de la séduction, tout d’un coup ça devenait facile et je voyais ma côte monter en flèche.

 seduire-lecon-L-1.jpeg

J’avais souffert pendant toute ma jeunesse de nombreuses privations, et je crois que c’était le domaine dans lequel « ça faisait du bien de se lâcher ». Je me suis amusé à séduire plus que jamais, mais sans jamais entrer dans aucune relation, d’autant que j’ai toujours profondément attaché d’importance au fait de rester vierge jusqu’au mariage. Plus tard, j’ai dû être délivré d’un esprit de séducteur… C’est ensuite, à partir de mes 18 ans, que le Seigneur a bouleversé totalement ma vie, sur tous les plans, et que j’ai vraiment décidé de me consacrer à Lui, de renoncer à moi-même et de m’appliquer à vivre dans la sainteté la plus absolue.


Je voudrais dire aux jeunes qu’il n’y a en rien sujet à se glorifier, qui que l’on soit, car tout procède de Dieu et retourne à Dieu. C’est Lui qui m’a gardé à chaque étape de ma vie, et particulièrement durant cette période de l’adolescence. La Parole dit que l’esprit est bien disposé, mais que la chair est faible. C’est la vérité. Mais la Parole dit aussi que, grâces soient rendues à notre Seigneur Jésus-Christ, la loi de l’Esprit de vie m’a libéré de la loi du péché et de la mort !

 

Quelles que soient nos tentations, à chaque étape de la vie, et particulièrement pendant la jeunesse où nous sommes les proies favorites du diable (car plus facilement manipulables), nous devons demander à Dieu son secours. Etre enfant de chrétien n’est pas un statut facile lorsqu’on est dans le monde. Surtout si l’on n’a pas fait soi-même le choix de croire en Jésus-Christ, mais qu’on est simplement « enfant de parents chrétiens ». Si c’est ton cas et que tu lis ces lignes… ne regarde pas aux difficultés ni aux privations que tu penses subir : crois au Seigneur Jésus, car Lui seul a le pouvoir de te garder d’une vie détruite. Lui seul est ton espérance. Il veut pour toi un avenir fait d’espérance, Il a pour toi des projets de bonheur, et non de malheur.

 

health_20071102_apples_banner.jpgLes plaisirs du monde ne feront que te détruire. La suite de ma vie m’a vu toucher à des choses extrêmement mauvaises, qui font partie des « plaisirs » de ce monde. Et c’est en ayant connu les « deux côtés de la barrière » que je te parle : ne te brûle pas à ce feu là !

Il n’y aura plus personne de tes amis, de tes bons copains pour te regarder, le jour où tu passeras en Jugement devant Dieu…


Ecclésiaste 11.9 : « Jeune homme, réjouis-toi pendant ton adolescence, que ton cœur te rende heureux pendant les jours de ta jeunesse, marche dans les voies de ton cœur et selon les regards de tes yeux ; mais sache que pour tout cela Dieu te fera venir en jugement. »

 

   

Aymeric.

Partager cet article
Repost0

commentaires

LA PENSEE DU JOUR

Joël 2:3-18:

Voici un peuple nombreux et puissant, Tel qu'il n'y en a jamais eu, Et qu'il n'y en aura jamais dans la suite des âges.

 Devant lui est un feu dévorant, Et derrière lui une flamme brûlante; Le pays était auparavant comme jardin d'Éden, Et depuis, c'est un désert affreux: Rien ne lui échappe. A les voir, on dirait des chevaux, Et ils courent comme des cavaliers. A les entendre, on dirait un bruit de chars Sur le sommet des montagnes où ils bondissent, On dirait un pétillement de la flamme du feu, Quand elle consume le chaume. C'est comme une armée puissante Qui se prépare au combat. Devant eux les peuples tremblent, Tous les visages pâlissent. Ils s'élancent comme des guerriers, Ils escaladent les murs comme des gens de guerre; Chacun va son chemin, Sans s'écarter de sa route. Ils ne pressent point les uns les autres, Chacun garde son rang; Ils se précipitent au travers des traits Sans arrêter leur marche. Ils se répandent dans la ville, Courent sur les murailles, Montent sur les maisons, Entrent par les fenêtres comme un voleur. Devant eux la terre tremble, Les cieux sont ébranlés, Le soleil et la lune s'obscurcissent, Et les étoiles retirent leur éclat. L'Éternel fait entendre sa voix devant son armée; Car son camp est immense, Et l'exécuteur de sa parole est puissant; Car le jour de l'Éternel est grand, il est terrible : Qui pourra le soutenir? 

 Maintenant encore, dit l'Éternel, Revenez à moi de tout votre coeur, Avec des jeûnes, avec des pleurs et des lamentations!

Déchirez vos coeurs et non vos vêtements, Et revenez à l'Éternel, votre Dieu; Car il est compatissant et miséricordieux, Lent à la colère et riche en bonté, Et il se repent des maux qu'il envoie.

Qui sait s'il ne reviendra pas et ne se repentira pas, Et s'il ne laissera pas après lui la bénédiction, Des offrandes et des libations pour l'Éternel, votre Dieu?

Sonnez de la trompette en Sion! Publiez un jeûne, une convocation solennelle!

Assemblez le peuple, formez une sainte réunion! Assemblez les vieillards, Assemblez les enfants, Même les nourrissons à la mamelle! Que l'époux sorte de sa demeure, Et l'épouse de sa chambre!

Qu'entre le portique et l'autel Pleurent les sacrificateurs, Serviteurs de l'Éternel, Et qu'ils disent: Éternel, épargne ton peuple! Ne livre pas ton héritage à l'opprobre, Aux railleries des nations! Pourquoi dirait-on parmi les peuples: Où est leur Dieu?

L'Éternel est ému de jalousie pour son pays, Et il épargne son peuple.


praying hands